Un livre et un site internet retraçant l’histoire de la musique électronique en Belgique

L’une des premières fois où les Belges ont été percuté·es par la musique électronique remonte à l’Exposition Universelle de 1958. Pendant cet événement devenu iconique et qui légua à Bruxelles son monument phare l’Atomium, le pavillon Philips plongea les visiteurs et visiteuses dans une performance de huit minutes mêlant lumières, architecture, couleurs, images et sons. Le pavillon, imaginé par les architectes Le Corbusier et Xenakis qui y voyaient une célébration du progrès technologique d’après-guerre, présentait la pièce de musique électronique baptisée “Poème Electronique” et composée par Edgar Varèse. Le public ne se rendait alors pas compte qu’il venait d’assister à une sorte de futur auditif. Il aura fallu attendre 20 ans de plus pour que ce nouveau son décolle.

The Philips pavillion at Expo ’58. By Wouter Hagens – Own work, CC BY-SA 3.0

Mais faisons un saut dans le temps jusqu’à juin 2019, quand le styliste belge internationalement réputé Raf Simons utilisa le logo du label R&S dans sa collection Printemps/Ete 2020. L’emblème, représentant un cheval noir sur un fond vert, créé en 1983 devint aussi célèbre que les sorties du label gantois, convoitées par tous les fans de musique électronique à travers le monde. En brandissant le logo dans les défilés parisiens, Simons rendait hommage à la musique électronique qui l’avait influencé pendant sa jeunesse passée dans un pays certes petit mais extrêmement inspirant et inspiré : la Belgique.

Mais qu’est-ce qui a réellement façonné l’esprit créatif de Simons et de si nombreux·ses autres Belges ? L’identité de ce petit pays, situé en plein coeur de l’Europe, est plutôt difficile à saisir de l’extérieur. Avec sa structure gouvernementale complexe, ses trois langues officielles et sa position géographique stratégique, celui qu’on a surnommé “le cockpit de l’Europe” a une particularité que même ses habitant·es ont du mal à définir.

Une sorte de magie s’est opérée quand les affinités et sonorités uniques des belges se sont rencontrées dans ce contexte complexe. Ils ont lancé des mouvements et imprimé de nouveaux standards à tous les niveaux de la scène musicale électronique : artistes et DJs, labels, clubs, festivals, promoteur·rices, agences de booking, médias et fabricants de matériels et de logiciels. On retiendra les influentes scènes Popcorn et Disco des 70s, la New Wave, l’EBM ou le mouvement New Beat dans les années 80 ainsi que l’essor de la House et l’explosion de la Techno dans les années 90. Le tout à travers des labels, festivals, artistes et structures tels que R&S Records, Crammed Discs, USA Import, Music Man, Eskimo Recordings, Fuse, Culture Club, I Love Techno, Kozzmozz, Tomorrowland, le logiciel Fruity Loops, Telex, Technotronic, Front 242, Soulwax, Amelie Lens, Charlotte De Witte ou la florissante scène actuelle portée par Kiosk Radio, C12, Kompass ou Crevette Records. La liste est longue et continue de s’allonger.

Telex au Concours Eurovision de la chanson 1980. Photo de Hans van Dijk / Anefo, CC0

Ce livre a pour ambition d’offrir une vue d’ensemble de la musique électronique en Belgique et de la culture club qui l’accompagne. En retraçant son histoire depuis l’Expo 58 jusqu’à aujourd’hui, le livre explorera les racines et évolutions de la musique électronique belge, en s’appuyant sur les récits de DJs, producteur·rices et directeur·rices de labels et en effectuant des focus sur les structures qui ont permis la création de cette scène et qui la soutiennent encore aujourd’hui. Nos recherches nous permettront de (re)constituer une “photographie” de cette scène, passée et présente, à travers la récolte d’interviews, témoignages, playlists, documents d’archives et photographies. Qui étaient les créateur·rices influent·es, les innovateur·rices, les avant-gardistes, les outsiders et quelles ont été les tendances décisives ? Quelles connexions peut-on trouver dans le temps et l’espace, entre les villes et les scènes, à l’intérieur et à l’extérieur de ce pays qui, malgré sa petite taille, joue le rôle primordial de carrefour international, au coeur de l’Europe et vers le monde? Quelles sont les histoires qui n’ont pas été racontées jusqu’à présent et qui méritent toute notre attention ?

Ce livre aspire à devenir un projet collaboratif, nourri par les contributions de la communauté elle-même. Un site internet et une newsletter seront lancés et les médias sociaux et les événements seront utilisés pour tenir la communauté informée du processus, des chapitres, des textes et des articles du livre, ainsi que des témoignages et des archives collectés (par exemple, les flyers, les souvenirs, …). Afin d’impliquer davantage la communauté, ce projet fera appel à des écrivain·es, des photographes, des créatifs·ves et à toutes celles et ceux qui souhaitent contribuer à la réalisation de cet ambitieux projet. Enfin, ce projet souhaite coproduire des histoires sur d’autres plateformes que le livre, comme des reportages vidéo, des émissions de radio ou des podcasts.

CALENDRIER

* Automne 2022: Lancement du site communautaire/base de données
* Printemps 2024: Finalisation du livre

COMMENT POUVEZ-VOUS AIDER ?

Tout est possible. 
* Souhaitez-vous rejoindre le projet et y contribuer de quelque manière que ce soit ? 
* Avez-vous des archives à partager (par exemple, des flyers, des souvenirs, …) ?
* Avez-vous une bonne histoire à raconter ? 
* Connaissez-vous quelqu’un·e qui pourrait être intéressé·e de participer ? 
* Faites-vous partie d’une communauté avec laquelle vous souhaitez partager notre projet, une fois qu’il sera en ligne ? 
Merci d’avance.

Contactez nous : info@ravelittlebelgium.be

QUI EST DERRIÈRE TOUT CELA ?

(c) Victor Pattyn

Koen Galle : fondateur & rédacteur en chef

Koen Galle (°1983) est journaliste musical, DJ, fondateur de label, animateur radio, collectionneur de vinyles et passionné de musique électronique. Alors qu’il a longtemps jonglé entre ses casquettes d’indépendant pour des clients tels que Humo, Listen Festival, Soundsystem.be et bien d’autres, il a également travaillé cinq ans pour la radio nationale Studio Brussel et a fondé la version belge du service de streaming musical innovant 22tracks.com. Sous son nom de DJ « Kong », il s’occupe de faire danser clubs et festivals depuis maintenant deux décennies, notamment au C12, Horst, Listen Festival, Fuse, I Love Techno, Pukkelpop, Tomorrowland et sur l’incontournable plateforme web Boiler Room. 

Pour son livre « Belgium : The Vinyl Frontier » , publié en 2014 en étroite collaboration avec Red Bull Belgium, il a interviewé sept collectionneurs et collectionneuses de disques chez eux en Belgique, tandis que le photographe Thomas Sweertvaegher se faisait tout petit pour capturer les meilleures images. Pour la version numérique du projet, Koen a interviewé 40 collectionneurs et collectionneuses supplémentaires, devenant ainsi un observateur privilégié de cette espèce unique de fan·es de musique. En mars 2021, il publie son deuxième livre intitulé « Missing The Club », le témoignage tout à fait personnel d’un journaliste musical et DJ en pleine pandémie mondiale. Par ailleurs, il a dressé le portrait de magasins de disques belges influents tels que Wally’s Groove World, Music Mania ou Doctor Vinyl et a récemment exhumé l’histoire du mythique label belge SSR Records pour le site musical international The Vinyl Factory. 

Avec sa compagne Nina Serulus, Koen a récemment lancé Afterclub : une petite mais ambitieuse maison d’édition basée à Schaerbeek et dont l’objectif est de dénicher et transmettre des histoires sur la musique électronique et la culture club made in Belgium. Nina Serulus a étudié l’histoire de l’art et le design et travaille aujourd’hui comme cheffe de projet à l’Institut flamand d’architecture. Elle a organisé plusieurs expositions sur la culture club, telles que « Designing the Night. Graphic Design of Belgian Club Culture, 1970-2000 » en 2019 au ADAM Brussels Design Museum et « Night Fever. Designing Club Culture 1960 – Today » en 2018, une coproduction entre le Vitra Design Museum et l’ADAM Brussels Design Museum.

Leo Seyers : développeur web

Leo Seyers (°1992) a étudié les arts plastiques et la photographie à Brussels (ERG, Luca School of Art). Il concentre désormais toute son énergie sur des projets numériques dans le secteur culturel où il travaille comme développeur frontend et designer.

Sam De Brabander : gestionnaire de contenu

Sam De Brabander (°1991) a cofondé Telex Agency, une agence de presse, relations publiques et communication mettant la lumière sur des acteurs, actrices et histoires de la scène musicale électronique belge. En outre, il a joué un rôle central dans plusieurs initiatives culturelles et festivals d’art tels que le « Festival van de Architectuur » et le lieu temporaire KERK à Gand. Il a également été directeur national pour la plateforme innovante de streaming musical 22tracks. En tant que passionné de musique à plein temps, Sam a également travaillé comme journaliste musical pour VIBE et Red Bull Elektropedia et comme commis de magasin chez Music Mania, le magasin de disques par excellence à Gand.

Otis Verhoeve : graphiste

Otis Verhoeve (°1999) est un graphiste et typographe basé à Bruxelles. Il a étudié le graphisme à la LUCA School of Arts à Gand et est diplômé de la « Expert Class Type Design » de l’Institut Plantin Moretus à Anvers. Sa pratique se situe entre la création de polices sur mesure, la conception de logos et identités graphiques, la conception et mise en page de livres et d’autres imprimés. Ses clients font généralement partie du secteur culturel, et sont bien souvent des acteurs et actrices de la vie nocturne et de la musique électronique – maisons de disques, clubs, festivals et magazines.

Camille Loiseau :  gestionnaire de contenu

Camille Loiseau (°1991) a débarqué à Bruxelles il y a 10 ans et est, depuis lors, une membre active de la scène musicale locale. Elle a travaillé principalement comme attachée de presse et responsable communication pour le Vecteur à Charleroi, l’Atelier 210 à Bruxelles et des festivals tels que Listen et Voix de Femmes. Journaliste de formation, Camille écrit pour Vice Belgium, principalement sur la musique et les questions liées au genre. En tant qu’ancienne coordinatrice genre et diversité de l’AJP (Association des Journalistes Professionnels), elle veillera à ce qu’aucune voix ne soit laissée de côté, notamment celle des so-called “minorités” (de genre, race, etc.) 

Elle se passionne pour toutes les formes de narration et se concentre aujourd’hui sur la création de podcasts. Elle vient d’ailleurs de terminer un projet en 4 épisodes sur la scène musicale alternative belge.